Par , le 4 février 2014

51 milliards d’euros de CA… Et moi et moi et moi

Marketing | 0

A peine le début d’année commencé que les chiffres clés tombent les uns après les autres. Tous donnent plus ou moins le tournis… Le dernier n’est pas le moins intéressant pour notre secteur d’activité favori : en 2013, selon le rapport de la Fevad, 51.1 milliards d’euros de chiffres d’affaires ont été réalisés en ligne sur le marché français.

A la vue de ce chiffre mirobolant, on se dit que croquer une part de ce juteux gâteau (même une toute petite) suffirait à bien des acteurs du e-commerce.

Et pourtant, d’autres chiffres sont à mettre en perspective :

  • il existe environ 130 000 sites e-commerce en France fin 2013 (on en comptait environ 100 000 fin 2011) ;
  • parmi eux, les 3/4 réalisent moins de 100 000 € de chiffres d’affaires annuels ;
  • la plupart se contente de quelques dizaines de commandes mensuelles ;
  • peu de e-commerçants gagnent de l’argent.

Alors oui en 2014, comme en 2013, il sera toujours plus compliqué de percer et d’exister sur la toile. L’e-commerce n’est pas l’eldorado auquel certains croient. Il ne suffit pas d’investir quelques milliers d’euros dans une plateforme et d’attendre que le client passe… (le parallèle avec le commerce physique est évident). Investir, communiquer, nouer et développer une relation forte, se faire connaître… et servir son client (au sens noble du terme), resteront le B.A. BA de la profession.

Et le panier moyen ?

A contrario de la hausse de +13% du chiffre d’affaires global, le panier moyen recule lui de 3,5% pour attendre 84,5€.
La hausse générale du secteur s’explique principalement par une augmentation du nombre de transactions (+17,5%) et de la fréquence d’achats (18 contre 16 par an).

Le m-commerce s’affirme

Sans surprise la part des ventes réalisée sur support mobile (tablettes, smartphone, sites mobiles) explose : de 5,5% en 2012, les ventes mobiles représentent désormais plus de 10% du chiffres d’affaires global. La tendance mobile ne cesse donc de s’affirmer et casse au passage les dernières barrières entre le monde virtuel et le commerce physique.

Et demain ?

Le début d’année est plus que prometteur si l’on se réfère aux premiers chiffres publiés fin janvier. Les tendances d’achat cross canal (ou omni canal ou commerce connecté, ou multi canal…) s’effacent progressivement au profit d’un commerce global sans distinction. Peu importe que le client provienne du web, d’une application, d’un magasin ou d’un catalogue… il demande juste à rentrer en contact avec une marque et plus si affinités.

 

Vivement 2014 !

Partager l'article :

Vous souhaitez réagir ?

En soumettant ce commentaire vous donnez à Silicon Salad le droit de citer vos propos ainsi que votre nom/site. Tous commentaires dégradants ou hors-sujet peuvent-être supprimés par décision de l’auteur. Votre e-mail, ne sert qu’à des fins d’authentification, il ne peut-être ni partagé ni diffusé.
Vous pouvez commenter avec la syntaxe Markdown. En savoir plus

Article précédent
Mes conseils pour réussir la certification Google Adwords