Si vous suivez nos publications et plus particulièrement les interviews que nous réalisons chaque mois, vous aurez compris que les personnalités ne manquent pas chez Silicon Salad… Le moins que l’on puisse dire, c’est que du haut de ses 21 ans, Antoine brille lui aussi par sa singularité ! Personnage éclectique, originaire d’Arras et passionné de reptiles au point d’en posséder plusieurs*, Antoine manie aussi bien la langue française que le langage PHP, grâce auquel il s’applique – depuis deux ans déjà ! – à développer des interfaces aussi belles que fonctionnelles. Découvrez son interview.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Antoine, j’ai 21 ans et je suis développeur web en alternance – en formation donc, et à la recherche du maximum de connaissances pour faire mon entrée dans le monde professionnel. J’ai découvert le développement web en terminale. J’ai fait un Baccalauréat spécialisé en Informatique et Sciences du Numérique qui m’a permis de me familiariser avec la programmation. A l’époque je souhaitais devenir designer avec des compétences en web (le design me venant d’une chaîne Youtube minecraft pour laquelle je faisais des visuels sur Photoshop). Mais une fois arrivé en DUT MMI (Métiers du multimédia et de l’Internet), je n’ai pas très bien accusé le fait que l’on attende de moi de la créativité. Je suis quelqu’un qui fonctionne beaucoup par “pics” et périodes de creux, donc le fait que l’on attende de moi de la créativité dans un contexte professionnel n’a pas du tout matché avec ma personnalité. J’ai même songé à interrompre mon DUT, mais sur les conseils de mon chef de département, j’ai finalement décidé d’aller au bout de la première année en me focalisant davantage sur le web. J’ai adoré, et finalement changé de voie pour devenir développeur. Suite à cela, j’ai poursuivi mon DUT et me suis spécialisé en développement web la deuxième année. Et une fois mon diplôme en poche, j’ai enchaîné avec une licence professionnelle en création web, dans le même établissement et en alternance chez Silicon Salad. J’ai alors souhaité poursuivre avec une alternance, laquelle répond à mon besoin de toucher à tout, découvrir diverses méthodologies et différentes technologies tout en prenant du temps personnel afin de me développer vis à vis de tout cela ! Initialement lorsque j’ai démarré mon alternance, je souhaitais devenir développeur front. Lors de mon entretien avec mon chef d’alternance Julien, ce dernier m’a proposé de faire du développement back et du développement WordPress. J’ai d’abord eu peur, et puis finalement je me suis dit “allons-y”! J’ai bien fait : désormais je ne jure plus que par ça !

Que fais-tu chez Silicon Salad ?

En tant qu’alternant en développement web au sein du pôle technique chez Silicon Salad, je développe des sites sous WordPress pour différents clients. J’interviens donc depuis la conception de l’interface utilisateur côté administration, jusqu’au développement des pages d’après les maquettes préalablement validées. Mon rôle est de répondre aux différentes problématiques, tant en termes de budget que de timing, de SEO ou encore d’UX design, tout ceci en apprenant un maximum de choses et en me développant personnellement !

Quelles sont, selon toi, les qualités « requises » pour être un bon développeur ?

Bonne question ! Pour ma part, j’aurais tendance à occulter ce que l’on appelle les “hard skills” – en l’occurrence les langages de programmation ou encore la maîtrise des différents logiciels – car ce sont des choses qui s’apprennent et qui évoluent constamment. Pour cause, les développeurs qui se concentrent sur une seule technologie courent le risque de se trouver bien embêtés le jour où la technologie en question devient obsolète. Je trouve plus important de parler des “soft skills” indispensables, celles qui font notre singularité en tant que membre d’une équipe. Je pense qu’il faut tout d’abord une certaine envie d’apprendre, une grande curiosité, un esprit logique et bien sûr un bon esprit d’équipe. Il faut apprécier résoudre des problèmes plus ou moins complexes car le développement web a tout de même un côté “casse-tête” et puzzle qui fait que si l’on n’apprécie pas être confronté à des problèmes pour y trouver des solutions, cela peut rapidement coincer ! A titre personnel, j’ai toujours été assez créatif et animé par une intense envie d’apprendre. En réfléchissant à mon futur métier, je savais qu’il me fallait exploiter ces traits de ma personnalité. Bien sûr, j’ai encore beaucoup à apprendre. Je dois notamment travailler mon autonomie puisque j’ai tendance à demander facilement de l’aide aux personnes plus expérimentées de mon équipe. Mais j’ai la chance d’avoir des collègues – Julien, Louis et Pierre-Alexandre – très sympas et qui acceptent de répondre à toutes mes questions !

Quels seraient tes conseils pour les personnes qui, comme toi, se destinent au métier de développeur ?

Je donnerais un conseil qui m’a personnellement beaucoup aidé : ne pas hésiter à être “touche-à-tout”, et ce tant en termes de technologies, de méthodologies ou d’environnements de travail. J’ai par exemple le certificat Voltaire – une certification de langue française. A priori cela n’a rien à voir avec le métier de développeur, et pourtant cela m’a permis de me démarquer lorsque je cherchais une alternance. Olivier – fondateur de l’agence – m’a confié que c’était la raison pour laquelle il m’avait contacté il y a deux ans. Autre exemple, le fait de m’être intéressé au SEO me permet d’appréhender des problématiques à ce niveau dans le cadre des projets de création de sites. Et en prime, cela facilite le travail d’équipe ! Je conseillerais par ailleurs de toujours garder à l’esprit que ce qui nous paraît clair en tant que développeur ne l’est pas forcément pour l’utilisateur final. Enfin, travailler sa communication et notamment la vulgarisation de certains termes est – à mon sens – clé pour échanger correctement et sereinement avec les autres membres de l’agence ainsi qu’avec les clients.

En dehors du travail, quels sont tes centres d’intérêt ?

Je vais tâcher d’être concis ! Je dirais que j’ai un fort attrait pour l’art de manière générale, et plus spécifiquement pour le cinéma, les séries, la musique… J’accorde beaucoup de temps à toutes ces choses, mais comme je n’ai pas une vie infinie et que mes journées ne durent que 24h, j’alterne entre les différents sujets. En ce moment je suis un peu moins cinéma, un peu plus musique, mais globalement je garde toujours un intérêt pour la création. J’exprime aussi ma propre créativité à travers le développement, le design graphique, l’écriture et la lecture. J’aime aussi passer du temps avec mes amis pour échanger, débattre… Je partage donc mon temps libre entre des phases plus personnelles à travers mes hobbies et des activités plus communautaires avec mes amis, mes colocataires et d’autres gens.

La question de Florian : Si tu pouvais occuper le poste de quelqu’un d’autre chez Silicon Salad, qui choisirais-tu ?

Merci Florian ! C’est marrant, c’est précisément la question que j’avais prévu de poser au prochain interviewé ! Il y a deux postes qui me viennent en tête et que je n’arrive pas à départager. Le premier serait celui de Dorothée ou Ségolène puisque je souhaitais initialement devenir UI ou UX designer. Bien que cela n’ait pas “matché” avec ma façon d’être, c’est un métier que j’aurais beaucoup aimé faire. Je prends plaisir à me renseigner sur les tendances en design, à découvrir leur travail sur les maquettes et à créer des visuels de mon côté. Sinon, je choisirais d’occuper le poste de Liza ! J’aime beaucoup la rédaction et le fait de choisir soigneusement les mots pour communiquer, transmettre des messages en respectant une charte éditoriale, dans un but stratégique – ou non !

Ta question pour le prochain interviewé ?

Imaginons que tout est possible : quel métier aimerais-tu faire ?

*Butters le Python Regius, Chambellan Blep Blep Patapon la Scinque à Langue Bleue et Dagon le colubridae de leurs petits noms