Longtemps perçu comme étant réservé aux pure players, le e-commerce fait désormais aussi la part belle aux artisans et aux commerçants traditionnels. Ils sont en effet de plus en plus nombreux à vouloir étendre leur activité à ce nouveau canal de vente pour profiter de la complémentarité magasin-web. Cette réflexion s’accompagne naturellement de nombreuses questions, dont certaines sont plus récurrentes que d’autres… Petit tour d’horizon avec Camille.

Un “petit” commerçant a-t-il sa place parmi les gros acteurs du e-commerce ?

Bien sûr ! Il est vrai qu’au début du e-commerce, les “petits” commerçants étaient peu présents. A l’époque, beaucoup considéraient qu’il n’y avait pas de place pour eux parmi les géants comme Amazon ou Ebay. Et puis quelques enseignes se sont lancées quand même, percevant l’intérêt d’utiliser le web pour renforcer leur attractivité. Au regard du succès de ces dernières, des centaines puis des milliers de commerçants ont suivi l’exemple. Donc la réponse est « oui, il y a bien de la place pour tout le monde! ». Ceci étant dit, il est difficile pour ces enseignes de toujours rivaliser avec les politiques de prix pratiquées par certains… Elles parviennent en revanche à se différencier par d’autres moyens, notamment grâce à la qualité de leur service client, ou encore un site particulièrement attrayant et rassurant…

Une boutique en ligne ne risque-t-elle pas de nuire à mes magasins physiques ?

Non, aucun phénomène de cannibalisme n’est à craindre. La raison à cela est simple : vos clients ne fonctionnent pas de manière binaire. Il veulent au contraire avoir le choix et pouvoir bénéficier des deux modes d’achat. Autrement dit, ils sont prêts et aptes à combiner shopping en ligne et shopping en magasin.

D’ailleurs, les deux canaux sont parfaitement complémentaires : l’audience web stimule le commerce physique en augmentant la fréquentation des magasins tandis que les magasins évitent la frustration potentiellement induite par les achats dématérialisés.

Vos boutiques physiques ne risquent donc pas d’être délaissées par vos clients (digital natives compris !) qui feront toujours l’effort de s’y rendre, à minima pour récupérer leurs commandes si vous proposez le « click and collect », tester le confort d’un canapé, découvrir la coupe et toucher le tissu d’un vêtement, ou simplement bénéficier d’un conseil en personne.

Lancer une boutique en ligne peut me permettre d’augmenter mes ventes ?

Oui ! Il s’agit de considérer votre boutique en ligne comme une deuxième vitrine qui, à la différence d’un point de vente physique, est accessible partout et par tous. Plus qu’un canal de vente complémentaire, c’est un outil de communication à part entière qui peut vous aider à développer votre image de marque et votre notoriété en dehors de votre zone de chalandise (et donc vous permettre d’augmenter votre chiffre d’affaires, d’où l’importance d’un SEO optimisé, et d’une bonne stratégie de SEA !)

D’après un rapport récent de la Fevad, en moyenne, un site e-commerce permet une augmentation de 14% du CA du magasin pour un marchand qui utilise les deux canaux simultanément. Aussi, il est intéressant de noter que 91% des consommateurs considèrent qu’une enseigne traditionnelle se doit désormais d’avoir, au minimum, un site vitrine. Enfin, les consommateurs fidèles à une enseigne confient quasi-unanimement acheter davantage si celle-ci est présente sur le web ET en magasin.

Ma cible n’est pas toute jeune : mes clients vont-ils acheter en ligne ?

La réponse à cette question pourrait tenir en une phrase : vos clients sont déjà sur Internet ! En effet, les plus de 50 ans ont aujourd’hui une utilisation d’internet comparable à celle des plus jeunes (hors réseaux sociaux, n’exagérons rien !). Pour cause, le taux d’achat sur internet des 50-64 ans et des plus de 65 ans a connu ces dernières années une croissance très importante, plaçant ces derniers au niveau de la moyenne (environ 80%). Les études montrent que ces générations se portent sur l’achat en ligne surtout par confort/commodité, moins dans un souci d’économie.

Concrètement, que me permet une boutique en ligne que ne permet pas un magasin physique ?

Si l’on compare cela à l’investissement qu’exige l’ouverture d’un nouveau magasin physique, celui que requiert la création d’une boutique en ligne est relativement faible. Or un magasin possède un emplacement, et donc une zone de chalandise associée nécessairement restreinte. A l’inverse, comme nous vous le disions précédemment, un site e-commerce est accessible partout et par tous.

Un autre élément à prendre en compte est la quantité d’informations que vous pouvez obtenir à propos de vos clients grâce à l’analytique Web. Avec un site e-commerce, vous pouvez notamment localiser vos clients, connaître les pages qu’ils consultent, le temps qu’ils y passent, ce qu’ils achètent… Tant de données précieuses qui peuvent vous aider à optimiser votre boutique en ligne mais également à stimuler les ventes dans votre ou vos magasin(s).

Enfin, un site peut combiner un rôle marchand et un rôle informationnel ou même inspirationnel. Par exemple, les fiches produits en ligne, lorsque soigneusement construites et minutieusement renseignées, permettent une présentation des produits beaucoup plus exhaustive qu’en magasin. Description détaillée, caractéristiques techniques, visuels, mise en scène, vidéos etc. peuvent susciter une grande réassurance du côté de vos clients, et donc générer plus de ventes.

Quelle solution pour se lancer ?

Vous êtes convaincu et souhaitez vous lancer dans la vente en ligne ? Pour démarrer simplement et rapidement sur le web, la solution Shopify est – pour nous en tout cas – la solution idéale. Pour en savoir plus, découvrez notre offre e-boutique. Surtout, n’hésitez-pas à nous contacter pour en discuter !