Ce deuxième confinement est particulièrement compliqué pour les petits et moyens commerçants français. Ils sont en effet très nombreux à subir de plein fouet les pertes liées à la fermeture administrative de leurs points de vente physiques. Pour cause, les études montrent que deux tiers d’entre eux ne disposent pas d’un site Internet pouvant faire office de canal de vente alternatif. Face à ce constat, le gouvernement a annoncé mardi 10 Novembre une série de mesures visant à accélérer la digitalisation de ces entreprises. Solutions de livraison, de « click-and-collect », paiement à distance, création de sites marchands… Les collectivités locales ont désormais pour mission d’accompagner les commerçants et d’identifier les solutions les plus adaptées à chaque commerçant.

L’investissement Numérique des Artisans / Commerçants (INAC)

Afin de soutenir financièrement les projets de transition des artisans, le gouvernement a mis en place un dispositif nommé INAC.

Sont éligibles :

  • Les artisans/commerçants Inscrits au RCS et/ou au RM pour les artisans-commerçants
  • Les entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire

Parmi les conditions d’éligibilité figurent notamment : le fait de posséder moins de 20 salariés, l’obligation de disposer d’un projet de transformation numérique certifié par un tiers de confiance, et le fait de réaliser un chiffre d’affaires inférieur à 2M d’euros.

A contrario, ne sont pas éligibles :

  • Les professions libérales réglementées et non réglementées ou assimilées
  • Les activités financières et immobilières (banques, assurances, agences immobilières)
  • Les organismes de formation, conseil, bureaux d’études
  • Le commerce de gros
  • Les structures agréées ACI (Ateliers Chantiers d’Insertion)
  • Les Entreprises de l’ESS (toute entreprise ayant le numérique pour cœur d’activité

Nature et montants des subventions du gouvernement

Le taux d’intervention correspond à 40 % des investissements éligibles HT, avec un seuil minimum d’investissement fixé à 3 000 € et un maximum fixé à 30 000 €, soit une aide régionale comprise entre 1 200 et 12 000 €.

Le cumul des aides publiques ne peut pas dépasser 80% des dépenses éligibles. Aussi, une entreprise ne peut déposer qu’une seule demande d’aide sur ce dispositif dans un délai de 2 ans.

Enfin autre point important : le versement de l’aide est réalisé en une fois, sur présentation des factures acquittées.

Pour quel type de prestations ?

Parmi les prestations/projets pouvant faire l’objet de ces subventions figurent notamment :

  • La création d’un site marchand ou l’évolution d’un site existant (exemple : transformer un site vitrine en site marchand)
  • L’équipement en application mobile multicanal pour le client ou les collaborateurs
  • L’équipement en matériel numérique ou connecté

Retrouvez la liste exhaustive ici.

A noter : la création d’un site vitrine (non-marchand) compte parmi les prestations non éligibles à ce dispositif.

La mise en place de services de livraison, du « click-and-collect » et du paiement en ligne

Le portail clique-mon-commerce a quant à lui pour but d’aider les petits et moyens commerçants français à déployer un service de livraison, de « click-and-collect » ou de paiement en ligne visant à maintenir leur activité.

Ce portail référence les acteurs compétents au niveau local, mais également les entreprises multinationales telles que Uber Eats pour les restaurateurs. La plupart de ces solutions proposent des abonnements spéciaux et des commissions revues à la baisse pendant la période de confinement.

La mobilisation des collectivités locales

Dans le contexte actuel, tous les petits et moyens commerçants sont vivement encouragés à rejoindre une plateforme en ligne (ou place de marché en ligne) favorisant le commerce de proximité.

Dans ce cadre, les collectivités locales ont la possibilité de recevoir une première aide de 20 000 euros afin de développer des plateformes e-commerce, et une deuxième subvention de 40 000 euros pour mettre en place l’accès à des diagnostics ainsi qu’à des formations destinées aux commerçants.

Le gouvernement a en effet déployé un plan de sensibilisation massive : 10 000 diagnostics approfondis proposés par les CCI et les CMA prévus en 2021 débuteront avant la fin de l’année; et 60 000 entreprises seront contactées par téléphone par les chambres de commerce et d’industrie (CCI) et les chambres de métiers et de l’artisanat (CMA) d’ici décembre 2020. Enfin, l’organisme France num délivre un programme d’information en continu sur les initiatives numériques à destination des entreprises.

Plusieurs villes ont d’ores et déjà créé des portails pour aider leurs commerces de proximité. C’est le cas notamment d’Angers, Châlons-en-Champagne ou encore Nice.

N’hésitez pas à nous contacter !

Pour les entreprises de la région Hauts-de-France, les demandes sont à formuler sur le site suivant. Si vous êtes concernés par ces dispositifs et que vous songez à digitaliser votre entreprise avec l’aide d’une agence spécialisée telle que Silicon Salad, n’hésitez pas à nous contacter. Nous serons ravis d’échanger avec vous !