Originaire de Grasse et maman de deux adorables petites filles, Tiphaine a rejoint Silicon Salad il y a sept ans en tant qu’Office manager. Aujourd’hui Responsable administratif et financier, Tiphaine manie les chiffres avec précision le jour, et ses aiguilles de tricot avec passion le soir et le week-end pour se détendre. Convaincue que c’est en initiant de petites actions au quotidien que l’on amorce les grands changements, cette optimiste de nature fait progressivement mais sûrement passer Silicon Salad et ses équipes du jetable au durable. Découvrez son interview.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Tiphaine, j’ai 39 ans. Je suis mariée et j’ai deux petites filles, dont j’adore m’occuper. Je fais du yoga, et j’aime la lecture ainsi que les activités manuelles.

Quel est ton parcours ?

J’ai eu mon bac ES en 2000 ! A l’époque, je vivais à Grasse – capitale mondiale des parfums. J’ai quitté le sud-est pour Lille (oui, je sais, ce n’est pas le bon sens climatique !) pour intégrer l’IESEG. A 18 ans, je savais juste que je voulais travailler “dans les chiffres”. Mais les opportunités de stage m’ont conduite dans les ressources humaines, et c’est la spécialisation que j’ai finalement choisie.

Après 4 années passées en recrutement, j’ai eu la chance de pouvoir varier mes missions et travailler sur les chiffres, à un poste très polyvalent d’Office Manager. C’est à ce poste que j’ai rejoint Silicon Salad en 2014. La polyvalence et le contact humain au quotidien sont des conditions sine qua non pour moi. Depuis 2018, je suis Responsable administratif et financier et suis accompagnée par Margot, nouvelle Office Manager. Je suis en charge des aspects administratifs, comptables, et financiers de l’agence.

Tu es donc chez Silicon Salad depuis 7 années. Qu’est ce qui te plait le plus ici ?

Au cours de mes années chez Silicon Salad, j’ai pu observer l’évolution constante de l’entreprise. D’abord en termes d’effectif : de mémoire, nous étions une quinzaine et aujourd’hui nous sommes deux fois plus ! J’ai également observé des changements de technologies, de méthodes de travail, toujours orientés vers le client. Car je pense que ce qui peut différencier Silicon Salad, c’est son sens du service client. En effet, celui-ci est au cœur de nos préoccupations quotidiennes. Quelle joie de recevoir un mail client nous remerciant du déroulement d’un projet et du résultat final – même pour moi qui ne suis pas dans l’exécution du projet ! Enfin, ce qui me plait aussi, c’est le fait que Silicon Salad soit une agence à taille humaine : on se connaît tous, et on partage des moments forts… Or n’oublions pas que nous passons beaucoup de temps au bureau avec nos collègues !

Quelle est la rencontre ou l’expérience qui a compté le plus dans ta vie professionnelle ?

L’expérience qui m’a le plus marquée est celle où j’ai fait ma plus belle rencontre professionnelle. Il s’agit du dirigeant du cabinet de recrutement qui m’a embauchée à ma sortie d’études en tant qu’assistante administrative, puis comme chargée de recrutement. Il m’a par la suite offert la possibilité de gagner en polyvalence et d’élargir mes missions sur la gestion du cabinet en devenant son adjointe. Lui-même était issu d’un parcours comptable et financier, et j’ai envie de dire qu’il m’a tout appris : la comptabilité, la gestion, et bien plus, car c’est un homme profondément bienveillant qui comprenait la valeur humaine et avait un immense respect pour ses équipes. C’est son départ en retraite qui a mis fin à notre collaboration mais pas à notre relation : je lui rends visite chaque année, et chaque rencontre est l’occasion de reparler du bon vieux temps et d’avoir des échanges d’une qualité exceptionnelle.

Peux-tu me parler des initiatives que tu as mis en place pour réduire l’impact de Silicon Salad sur l’environnement ?

C’est vrai que je n’ai pas évoqué ce sujet plus tôt, mais j’ai à cœur d‘essayer, à mon tout petit niveau, de réduire mon impact sur l’environnement. Et c’est donc naturellement que j’essaye de faire la même chose chez Silicon Salad. Mon tout premier choc a été de constater le nombre de bouteilles d’eau jetées chaque mois (une centaine, rien que pour les bouteilles de réception, sans compter nos bouteilles personnelles). Alors, j’ai décidé de dire au-revoir aux bouteilles en plastique dans les bureaux en équipant tous les collaborateurs de gourdes et de carafes en verre pour la réception. Nous avons aussi équipé les locaux d’une fontaine à eau : filtrée, fraîche ou tempérée, pétillante ou plate, il y en a pour tous les goûts. J’ai ensuite mené une lutte (sans rencontrer aucune résistance) contre les autres objets jetables en plastiques : touillettes, gobelets à café, à eau ont tous disparu des bureaux – et ceci bien avant que la loi ne nous l’impose ! Enfin, au quotidien, nous essayons de limiter notre consommation de papier et nos impressions, et nous avons installé des racks à vélos pour les collaborateurs qui viennent en deux roues !

Et en dehors du travail, quels sont tes passe-temps favoris ?

Je pratique le yoga depuis 3 ans. C’est un moment “que pour moi”, et ça fait du bien dans les tourbillons de nos vies. Par ailleurs, ma grand-mère m’a transmis sa passion pour les activités manuelles : tricot, couture, broderie… J’essaye à mon tour de transmettre ce précieux héritage à mes filles (et pas uniquement parce que ce sont des filles !) mais surtout car ces activités permettent de se vider l’esprit en s’occupant les mains, et requièrent une certaine rigueur. Surtout, quelle satisfaction de se tricoter soi-même une écharpe ou de coudre des vêtements pour ses enfants ! En plus, ces activités encore désuètes il y a quelques années redeviennent à la mode ! Enfin, j’adore les romans policiers. Je suis friande des histoires de Franck Thilliez et Jean-Christophe Grangé – même si parfois c’est un peu trop violent pour “mon petit coeur” !

La question de Sophie : si tu pouvais choisir un super pouvoir, lequel serait-ce et pourquoi ?

Bonne question, merci Sophie. Quelque part, je me dis que devenir “super forte”, “super musclée”, ou “supérieurement intelligente”, c’est déjà possible en allant à la salle de sport, en avalant des quantités de livres à la bibliothèques, etc. Alors, si je pouvais avoir un super pouvoir, j’essaierais de l’orienter vers la protection de l’environnement ou la dépollution. Je m’imagine pouvoir en quelque sorte “aspirer” la pollution dans l’air et le purifier, “aspirer” les produits chimiques des océans et assainir les eaux dans les pays où l’eau potable est limitée ou encore “aspirer” la pollution des sols (pluies acides, pesticides).

J’aimerais pouvoir inverser cette tendance de pollution que la majorité considère irrémédiable. Je ne suis pas une fan du “foutu pour foutu”. Et sincèrement, pour revenir à la question de Sophie, je pense que chacun d’entre nous a une sorte de « pouvoir » – qui n’a pas besoin d’être “super” – pour agir sur l’environnement.

Ta question pour le prochain interviewé ?

Imaginons que tout est possible. Quelle reconversion professionnelle choisirais-tu et pourquoi ?