Jusqu’en 2020, le télétravail à temps complet – ou “full remote” – concernait seulement 2% des salariés français. Mais les bouleversements de cette dernière année et l’évolution des mœurs ont enjoint les entreprises à privilégier ce mode de travail, certaines allant même jusqu’à en faire la règle plutôt que l’exception. Avantages, limites, inconvénients, mise en place de rituels, gestion vie pro/vie perso… Clémence (Trafic manager), Jonathan (Directeur de Compte), Julien (Développeur WordPress) et Simon (Développeur Magento) nous livrent leurs expériences et leurs avis sur le sujet.

Quelles sont les raisons qui vous ont amenés à télé-travailler la majorité du temps ?

Jonathan : Je ne suis pas vraiment un télétravailleur fréquent, ce sont surtout les confinements qui m’ont mis dans cette position. J’ai toujours trouvé important de pouvoir télétravailler quand bon me semblait, mais je dois dire qu’après les semaines à rallonge passées à la maison, je réalise que je préfère passer une majeure partie de mon temps au bureau !

Julien : Je suis jeune papa depuis le 27 octobre 2020 d’un petit garçon. Avec la crise sanitaire que nous vivons et afin d’être sûr d’assister à la naissance de mon fils, j’ai d’abord été en télétravail à 80% à partir de septembre puis à 100% à partir de mi-octobre.

Simon : A la fin du premier confinement, ma conjointe a eu une superbe opportunité pour travailler dans le domaine de ses rêves en région parisienne. A ce moment-là, toute l’agence était encore en télétravail à 100%. J’ai donc fait la demande pour pouvoir travailler depuis Paris et continuer la collaboration sur le long terme.

Clémence : Lilloise d’origine, je suis partie vivre à Bordeaux l’été dernier pour un projet personnel qui me tenait à cœur. Le contexte que l’on connaît a fait que j’avais déjà quelques mois de télétravail derrière moi, lesquels s’étaient déroulés avec succès. Étant épanouie chez Silicon Salad et ne souhaitant pas quitter l’entreprise, j’ai donc ouvert la discussion afin de trouver une situation qui puisse convenir à tout le monde. Après une période d’essai en full remote, nous sommes arrivés à la conclusion que ce mode de fonctionnement pouvait s’inscrire dans la durée. Je travaille donc à distance la plupart du temps, et je reviens à Lille une semaine par mois environ. L’occasion de voir mes clients et mes collègues, mais aussi ma famille. Un équilibre qui me convient parfaitement !

Quels avantages attribuez-vous au télétravail ?

Julien : Le télétravail me permet de gagner en temps de sommeil, en confort et surtout en productivité car je suis pleinement “dans ma bulle”. Il me permet aussi de pouvoir profiter davantage de mon fils pendant la pause midi ainsi que le soir.

Jonathan : A mon sens, le plus gros avantage du télétravail, c’est le temps gagné « pour le weekend ». Pouvoir profiter de la pause déjeuner pour faire ses courses, utiliser le temps économisé en transports pour faire le ménage, éviter d’attendre le samedi matin pour aller récupérer ses colis à La Poste… J’apprécie avoir plus de temps pour gérer mes impératifs en semaine. Et étrangement, je n’arrive à rien faire de tout cela sur ma pause déjeuner au bureau !

Clémence : J’apprécie le fait d’être autonome et flexible, et de pouvoir me mettre un peu “dans ma bulle” pour certaines tâches. J’ai du mal à me concentrer au-delà d’un certain volume sonore, et pour cela le télétravail me permet d’être plus productive. Cela me laisse également plus de temps pour cuisiner, faire du sport, me reposer et gérer les choses du quotidien. En bref, cela me permet d’avoir un mode de vie plus serein et sain. Et évidemment, la plus grande chance pour moi est de pouvoir vivre dans une ville et un environnement qui me plaisent et d’en profiter pleinement.

Simon : Pour moi, il y a plusieurs avantages au télétravail. Le premier, et le plus important, c’est le gain de temps ! Je gagne au moins une heure par jour à ne plus prendre les transports en commun pour aller travailler. Deuxièmement, en tant que développeur, le confort et le calme me permettent d’être plus productif au travail.

A l’inverse, y voyez-vous des inconvénients, des limites ? Si oui, peut-être avez-vous mis en place des petites choses pour y pallier ?

Julien : Le manque de contact humain est la principale limite du télétravail. Il y a aussi le manque d’activité physique que je ressens de plus en plus. Lorsque je venais à l’agence, je marchais en moyenne 8 kilomètres par jour… Cette moyenne a très nettement baissé depuis que je suis en télétravail à 100% !

Jonathan : Pour moi, il y a effectivement un “mais” ! Certaines missions comportent naturellement leur lot de stress, de pression, de fatigue… Personnellement, je trouve plus difficile de stresser sans pouvoir échanger avec mes collègues à la cafétéria ou pendant la pause déjeuner. Surtout, je trouve qu’il est plus facile de maintenir un bon équilibre pro/perso en passant la porte de l’agence le soir. Le couvre-feu est l’occasion de tester un format différent chaque semaine, et de trouver mon rythme.

Clémence : Je dirais que les limites du télétravail peuvent être le manque d’interactions “réelles” et sociales avec mes collègues, et je pense que l’on a d’ailleurs tous pu réaliser combien plusieurs mois consécutifs de télétravail chacun chez soi pouvaient être difficiles pour le moral. Dans un contexte “normal”, le fait de revenir régulièrement à l’agence est toujours un plaisir car cela me permet de passer des moments privilégiés et de maintenir le lien avec mes collaborateurs, de rencontrer les nouvelles personnes et participer à la vie de l’entreprise ; en somme de rester “connectée” avec la sphère Silicon Salad.

Simon : Le seul réel inconvénient à mon sens et dans ma situation, est le fait de ne plus voir mes collègues “en chair et en os”. Silicon Salad est une agence très digitalisée donc on dispose de tous les outils pour garder le contact via internet (Slack, Google Meet…) mais il est vrai que cela ne remplace pas totalement le vrai contact humain. La solution idéale est de pouvoir venir au bureau une fois toutes les semaines ou toutes les deux semaines. Cette solution sera appliquée dans mon cas une fois que le COVID sera un peu moins présent dans nos vies.

Quels rituels avez-vous mis en place pour assurer votre efficacité en télétravail ?

Julien : Nous avons mis en place des réunions quotidiennes sous forme de brief-debrief afin de planifier et challenger les sujets traités chaque jour. Ma façon de travailler en remote est identique à ma façon de travailler en agence. Lorsque je traite une tâche, je mets mon casque et ma musique pour être en immersion complète et gagner en productivité.

Jonathan : Je change souvent mon environnement de travail. Depuis les confinements, j’ai dû expérimenter 6 ou 7 postes de travail différents. Profiter des rayons de soleil (ou de la neige près de la fenêtre), plus mobile sur un petit bureau, ou très installé avec mes deux écrans. Je m’adapte souvent à ma journée, au nombre de réunions ou de tâches à réaliser.

Clémence : Pour moi, l’équipement est primordial. C’est pourquoi je me suis aménagé une station de travail optimale (surélévateur d’ordinateur, clavier, souris, chaise confortable, plantes…). J’essaie de sortir prendre l’air dès que possible (le midi ou pour une pause dans l’après-midi), car c’est aussi le “piège” du télétravail : moins sortir de chez soi. Tous les jours je suis en visio avec mon équipe, et nous prenons parfois des moments “off” pour discuter de tout et de rien.

Simon : Je me réveille à la même heure que lorsque je devais prendre les transports en commun, mais je passe cette heure en plus à me réveiller tranquillement, à prendre mon petit-déjeuner (que je ne prenais jamais avant) afin d’être efficace et bien réveillé pour commencer la journée de travail à 9 heures. Je me rends très disponible sur notre outil de communication interne (Slack) pour pallier au fait que mes collègues ne peuvent pas venir physiquement me déranger pour me poser une question donc j’essaie d’être le plus réactif, et j’en profite pour discuter rapidement avec eux par chat pour garder le lien social.

Comment vivez-vous la gestion vie pro/vie perso ?

Julien : J’ai la chance d’avoir une vie personnelle très épanouie (encore plus avec l’arrivée du bébé !). J’ai également la chance de pouvoir m’isoler dans un bureau dédié à mes sessions de télétravail et d’avoir une bonne cafetière. Lorsque j’ai fini ma journée, il suffit que je quitte mon bureau pour retrouver ma famille la minute suivante. C’est l’idéal !

Jonathan : Pas toujours évident. En temps normal, je peux terminer ma journée plus tard si je le décide, rentrer souriant et prêt pour une bonne soirée. A contrario, en télétravail il m’arrive de me retrouver pendant 1h à la fin de la journée avec la tête ailleurs, incapable de tenir de bonnes conversations car la différence entre ma journée et ma soirée ne tient qu’à quelques mètres ! Enfin, je dis ça, mais j’aime bien quand même.

Clémence : Jusqu’à présent, comme je le disais, cet équilibre me convient parfaitement. A Bordeaux en temps normal, j’ai une vie bien remplie et je suis bien entourée, ce qui me permet de me changer les idées après une journée de télétravail. Je suis également très attachée à Silicon Salad et à mon équipe, donc le fait de revenir à Lille me permet aussi de casser un peu cette “routine” du télétravail et de ne pas être uniquement une vignette lors d’une réunion Google Meets. Je remercie d’ailleurs Olivier et François d’avoir pu me laisser l’opportunité de réaliser ce projet !

Simon : Dans mon cas et bien que mon appartement soit aussi mon lieu de travail, j’arrive assez aisément à dissocier la vie pro et la vie personnelle. Pour ce faire, j’essaie de respecter au mieux mes horaires de travail officiels et (sauf cas particuliers) à ce que l’un n’empiète pas sur l’autre.