Pour continuer à vendre malgré la fermeture administrative de leurs magasins, les commerçants n’ont d’autre choix que celui de se réinventer. Pour eux, l’enjeu est double : continuer à vendre au risque de mettre leur activité en péril, et maintenir un lien avec leur précieuse clientèle. Si certains ont pu faire basculer leur activité sur leur boutique en ligne, d’autres se sont retrouvés insuffisamment armés. Heureusement, de nombreuses alternatives à la vente traditionnelle existent, et surprise, toutes n’exigent pas de posséder un site e-commerce !

La vente en ligne avec livraison à domicile ou en point de retrait

La livraison à domicile ou en point de retrait est généralement déjà en place chez les commerçants disposant d’un site e-commerce. Pendant le confinement, bon nombre d’entre eux ont décidé d’offrir les frais de livraison pour encourager leurs clients à commander sans retenue. Certains commerçants s’organisent même pour effectuer eux-même des livraisons à domicile.

La vente en ligne avec retrait en magasin (« Click-and-collect »)

Depuis plusieurs années, le retrait de commande en magasin (aussi appelé “Drive”) a fait ses preuves, à tel point que la vaste majorité des enseignes de la grande distribution ainsi que la plupart des grandes marques l’ont adopté. Dans le contexte actuel, le “click-and-collect” permet aux commerçants de continuer à vendre leurs produits tout en répondant aux mesures sanitaires et sans pour autant bouleverser leur activité. A noter : seules les enseignes ne disposant pas d’un moyen de paiement en ligne ont le droit de faire entrer leurs clients à l’intérieur de leur(s) magasin(s) jusqu’au terminal de paiement. Les autres doivent aménager leur pas de porte pour permettre le retrait des commandes en toute sécurité. Les commerçants qui possèdent un site e-commerce peuvent ajouter le dispositif de “click-and-collect” directement sur leur plateforme.

La vente sur les « Marketplaces » ou plateformes locales

Pour certains petits et moyens commerçants, une bonne alternative à la création d’un site e-commerce consiste à rejoindre une « marketplace ». Ces plateformes permettent, moyennant un abonnement et/ou des commissions, de bénéficier d’une visibilité immédiate afin de réaliser des ventes en ligne. Il en existe de nombreuses et dans tous les secteurs – tout l’enjeu pour les commerçants est de trouver la plus pertinente pour leur activité. Par ailleurs, bon nombre de collectivités françaises se mobilisent pour aider leurs commerces locaux. En effet, des associations pilotent la création de plateformes dites “locales” qui ont vocation à recréer des centre-villes virtuels en permettant aux commerçants d’un même territoire d’y commercialiser leurs produits.

Le Social Shopping, levier d’avenir

Peut-être avez-vous entendu parler du “social commerce” ou “social shopping”? Cette méthode de vente qui a le vent en poupe consiste à vendre directement via les plateformes réseaux sociaux. Facebook, Instagram, Pinterest, TikTok… Tous ont développé et intégré des fonctionnalités permettant aux commerçants d’y vendre leurs produits directement. La solution Shopify s’est adaptée à la tendance et facilite la connectivité de ses boutiques marchandes aux divers réseaux sociaux. Un nouveau dispositif qui séduit de plus en plus de marchands puisque ces derniers ont la possibilité de “taguer” des produits sur les publications de leur choix pour rediriger directement les visiteurs sur leur boutique en ligne.

Le retour du télé-conseil (ou vente par téléphone)

Cette méthode de vente alternative est proposée par Les Galeries Lafayettes de Reims depuis le mois d’Avril. L’objectif ? Humaniser l’expérience d’achat en ligne. Le client est conseillé gratuitement et a la possibilité de passer commande par téléphone avant de régler en ligne.

La démo en visio ou « Live Shopping »

Le “Live shopping”, aussi appelé “Live Commerce” – très en vogue en Chine – reprend les mêmes codes que le télé achats que nous connaissons tous. Il consiste à présenter des produits, d’en expliquer les qualités et le fonctionnement par le biais de vidéos diffusées en live sur un canal digital (site e-commerce, Instragram, Facebook, Snapchat…) Pendant ces rendez-vous, les participants ont généralement la possibilité de poser des questions en direct via un système de chat ou de commentaires. La dimension vivante et interactive séduit de plus en plus de consommateurs. En France, le phénomène se développe plus doucement qu’en Asie mais sûrement quand même. Les marques H&M, Livy (lingerie) ou encore Heimstone (prêt-à-porter pour femme) proposent le « Live Shopping » à leurs clientes.

Le “Personal Shopping” à distance, nouvelle tendance

De plus en plus d’enseignes, soucieuses de maintenir une expérience d’achat unique et personnalisée, mettent en place un service de « personal shopping » à distance. Le principe : proposer des rendez-vous gratuits au cours desquels des conseillers dédiés écoutent, conseillent et accompagnent les clients dans leurs achats en ligne.

C’est le cas des marques françaises de prêt-à-porter American Vintage ou encore Roseanna, et de notre client JEF Chaussures que nous avons accompagné dans la mise en place de tout ce dispositif. De même, Les Galeries Lafayette, Le Printemps et Le Bon Marché proposent à leurs clients d’effectuer leurs achats de Noël depuis chez eux, tout en étant conseillés par des vendeurs, comme s’ils étaient en magasin.

Face à la crise sanitaire, bon nombre de commerçants ont pris conscience de l’urgence avec laquelle il leur fallait digitaliser leur activité, et notamment se lancer dans la vente en ligne via un site e-commerce. Afin de soutenir financièrement leurs projets de transition, le gouvernement a mis en place un dispositif nommé INAC que nous vous décrivions dans cet article. N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !