Après avoir été accueillis avec un café et un petit pain, les conférences ont débuté et le premier WordCamp Lille a été lancé.

Conf n°1 – Coder ou pas coder ? Une question pour tous les projets WordPress

La première conférence portait la thématique « Coder ou pas coder? » par Sylvie Clément alias @Oelita. Ses propos ont mis en valeur le travail créatif et rationnel des développeurs en tentant de briser quelques clichés à leur sujet, tels que « barbu », « nerd » ou encore « matheux »… En témoignant qu’ils sont passionnés par leur métier et que leur objectif premier est de résoudre des problèmes pour répondre à des besoins.

Les critères pour cadrer un projet WordPress

La présentation exposait les critères pour déterminer l’approche d’un projet WordPress. Que ce soit pour la mise en place d’un thème ou d’un module (extension ou plugin), il est important d’évaluer :

  • Les coûts
  • Le délai
  • La sécurité
  • L’évolutivité
  • La maintenabilité
  • La performance

Elle a aussi fait part du syndrome de la poupée russe. Il est très tentant d’installer plusieurs plugins quelquefois gratuits et disponibles au sein de la communauté. Malgré nous, la dépendance de certains éléments crée une dette technique qu’il faut analyser en amont. Certains modules cachent un code très complexe qui ont peu d’intérêt et peuvent causer des surprises désagréables lors des mises à jour. Pourquoi ne pas coder directement certains éléments simples plutôt que d’installer encore un autre plugin WordPress ?

La solution ACF, advanced custom fields, pour WordPress

C’est une approche simple et puissante. Elle facilite la personnalisation et permet un design précis d’un projet WordPress bien cadré. Chez Silicon Salad, c’est l’approche que nous privilégions pour nos clients.
<style= »text-align: center; margin: 0px auto; »>

En bref, cette présentation donnait de bons outils sur l’arbitrage du périmètre d’un projet WordPress, selon la taille et les besoins des projets. Ces astuces partagées ont pour but d’évaluer la mise en place des thèmes et des extensions.

Conf n°2 – Les bonnes pratiques pour récupérer des emails

Lors de la génération de lead, la création de compte client, l’inscription à une newsletter… les emails sont une richesse pour toute entreprise qui cherche à créer ou garder un contact direct facilement et à des coûts relativement faibles.

Sur le globe, 240 milliards d’emails sont envoyés par jour et 200 milliards tombent dans les spams ! Comment contrôler et éviter d’être étiqueté indésirable avec ce levier ?

En amont, petit rappel concernant la RGPD

Le règlement général sur la protection des données impose certaines bonnes pratiques que nous appliquons au quotidien, à savoir :

  • Ne pas cocher par défaut les cases présentes dans vos formulaires
  • Pouvoir consulter facilement votre politique de confidentialité
  • Expliquer pour quoi les données seront utilisées
  • Le consentement ne peut pas être rattaché à un lot
  • Il est préférable de distinguer les différents types d’emailing et d’offrir le choix de sélectionner les intérêts
  • L’acceptation des conditions générales de vente ne permet pas l’Opt-In
  • Il faut proposer systématiquement la désinscription via un simple lien, sans avoir besoin de contacter un service tiers par email

Pour rappel, ce règlement a été définitivement adopté par le Parlement européen le 14 avril 2016 après quatre années de négociations législatives et est entré en vigueur le 25 mai 2018.

Les Opt-In

Déterminer les bons Opt-In est la base des bonnes pratiques. Il faut s’assurer d’être propriétaire des données et fuir toutes les bases emails achetées. Il existe trois types de mécaniques d’Opt-In.

Opt-In simple

  • Mécanique : Inscription par une case à cocher et email
  • Solution la plus simple pour augmenter le volume de sa base
  • Le principal désavantage est une base moins qualitative avec potentiellement des erreurs de saisie

Opt-In double – Option recommandée

  • Mécanique : Inscription par une case à cocher, confirmation par email avec validation
  • Plus qualitative, mais avec moins de volume : la data récoltée est plus fiable et montre la motivation de l’utilisateur
  • Notons que s’il y a une incentive à la clé et que le mail d’information n’arrive pas instantanément, vous risquez de décevoir fortement le client

Opt-In triple

  • Mécanique : Inscription par une case à cocher, confirmation par mail + re-confirmation
  • Pertinent pour récolter des numéros de téléphone et mener des opérations par SMS
  • On peut perdre des utilisateurs car le déroulement est chronophage, mais la donnée est très qualitative et les utilisateurs engagés

Les conseils pour récupérer une base qualitative et bien entretenir la conversation.

  1. Travailler la promesse et motiver le choix
  2. Avoir une fréquence raisonnable et régulière
  3. Déclencher automatiquement certains envois
  4. Rassurer sur l’utilisation des données, adopter un langage rassurant (données sensibles, non revendues, etc…)
  5. Assurer la protection de sa base
  6. Ne pas laisser dormir sa base

En conclusion, ce sont certes de bonnes pratiques mais ce sont avant tout des questions de respect, de confiance et de bon sens. Et surtout, n’oubliez pas de remercier simplement ceux qui vous donnent leur email.

Conf n°3 – Une discussion sur la création d’une expérience digitale immersive sur WordPress ?

Dylan Cozian (@DylanCozian) et Yannis Pou-Vich, duo designer/front-end developper intervenant au FIM (CCI Formation Normandie) nous ont exposé leur vision sur la création d’une expérience immersive. Ce type d’expérience se qualifie par sa capacité à transmettre une émotion, stimuler des interactions et éveiller les sens de l’utilisateur. Lors de la conception d’un site web, il est intéressant de prendre en compte le facteur de différenciation pour valoriser son identité et affirmer sa singularité. Il est facile de tomber dans des clichés pour se rassurer dans ses choix et pour finalement ressembler fortement à son concurrent.

Pourquoi tant de ressemblances ?

  • Le choix de templates lors de la conception des maquettes
  • L’utilisation Framework CSS
  • Le paramétrage des thèmes WordPress
  • La peur du risque, d’oser l’originalité
  • La preuve sociale : le monde attire le monde

L’utilisateur passe par une palette d’émotions :

  • Émotion viscérale — Un premier niveau d’affect et de subjectivité. Ex : Est-ce que c’est beau ou pas ?
  • Émotion comportementale  — Comment l’expérience se vit et comment est appréciée l’utilisabilité vs le besoin primaire
  • Émotion réflexive —  L’utilisateur va commencer à se poser des questions, l’impact sera sur le long terme

Pour avoir un design de qualité, il faut donc penser aux critères esthétiques et fonctionnels pour offrir une expérience de qualité.

La matinée en résumé

Cette première partie fût riche en réflexions, conseils et astuces sur l’usage de WordPress et du web en général. Ces conférences nous ont permis de faire de la veille et de nous ouvrir sur nos métiers qui évoluent au quotidien.