Le SEO est en perpétuelle mouvance, si bien qu’il est difficile de se tenir à la page en matière de “bonnes pratiques”. En effet, n’en déplaise aux nostalgiques, bon nombre de tactiques ayant porté leurs fruits par le passé sont désormais tout bonnement obsolètes. En outre, certaines idées reçues à propos du SEO ont la dent dure, d’où notre objectif à travers cet article : tordre le cou aux plus coriaces et aux plus répandues, et vous éviter ainsi de consacrer du temps à des tâches superflues.

“Le SEO c’est gratuit ”

Comment vous dire… Le terme référencement gratuit est quelque peu galvaudé. On parle de référencement gratuit car par définition, le SEO – aussi appelé référencement naturel – ne nécessite pas de dépense à proprement parler. Or il n’est pas si gratuit que ça. En effet, pour mettre en place une stratégie efficace, il faut avant tout réunir deux facteurs : de solides connaissances et du temps (pour mettre ces solides connaissances en avant.) Soit deux denrées loin d’être “gratuites” pour les organisations.

Par ailleurs, il existe plusieurs pratiques qui font perdre au SEO sa qualité de “levier gratuit”. La première/principale se nomme “netlinking”. Aussi appelé “link building” ou encore “linking externe”, le netlinking est une stratégie qui consiste à augmenter le nombre de liens de confiance ou de notoriété pointant vers un site internet pour en améliorer le positionnement, la visibilité, et donc l’audience. Il existe plusieurs moyens pour obtenir des liens entrants de qualité, dont certains sont payants.

“Le SEO, ça ne marche pas”

Le SEO n’est pas magique, il prend du temps. Il induit d’abord de comprendre son métier, son marché, ses concurrents. Il demande aussi de prendre le temps d’écrire, et de laisser le temps à Google de détecter, comprendre et apprécier – au sens “noter” – ce que l’on a écrit. Lucille, Traffic manager SEO chez Silicon Salad, fait souvent l’analogie suivante : “Le SEO,  tout comme un arbre que l’on planterait, demande patience et détermination. La première année, l’arbre – trop occupé à pousser – ne donnera probablement peu de fruits. Mais planté dans le bon environnement et bien alimenté par ses racines, le même arbre aura toutes les chances de gâter son propriétaire les années suivantes”.

Il est également courant d’imaginer que le SEO n’a “rien de sorcier”. Si les grands principes du référencement naturel sont effectivement aisément compréhensibles par tous, réussir à ajuster efficacement tous les paramètres est plus complexe. Le SEO se complexifie d’ailleurs année après année, au gré des évolutions de l’algorithme de Google. D’où la nécessité de faire appel à un spécialiste pour obtenir de vrais résultats.

“L’important, c’est un maximum de liens”

Jadis, le SEO consistait à créer le plus de liens possible. On ne se souciait ni de leur cohérence, ni de leur qualité. Mais les temps ont changé, l’algorithme Google aussi.  La qualité des liens prime désormais sur la quantité. Ceci dit, ces derniers continuent de déterminer une grande part de l’autorité d’un site. Le plus important est donc d’établir des liens avec des sources pertinentes et diversifiées.

“Le SEO n’est pas un levier prioritaire”

“Pour le SEO, on verra dans un second temps” nous disent parfois nos clients lors des premiers échanges. En effet, le SEO est quasi-systématiquement dé-priorisé – non seulement par les équipes techniques mais encore plus étonnant, également par les équipes marketing. Et pourtant, pour une répartition saine des leviers générateurs de business, le SEO devrait représenter 40%. C’est prouvé, en moyenne 1 visiteur sur deux provient d’un moteur de recherche. De surcroît, une bonne stratégie de SEO génère du trafic qualifié/de qualité. Une fois le référencement d’un site optimisé, il devient compliqué pour les sites concurrents de le déloger. Encore plus s’il est alimenté en contenus régulièrement et optimisé dans le temps. Le SEO constitue donc un avantage concurrentiel durable.

Les entreprises faisant le choix d’ignorer la dimension SEO au moment de la création de leur site le payent généralement très cher par la suite, notamment au moment de la refonte.

“Numéro 1 sinon rien !”

On ne va pas se mentir, il existe bel et bien une corrélation entre le taux de clic et la position dans les résultats de recherche. Pour autant, la première place sur la première page Google ne doit pas constituer l’objectif ultime. Mieux vaut se concentrer sur la qualité de ses contenus et à la capacité de ceux-ci à attirer des visiteurs de qualité plutôt que se focaliser sur la position dans les résultats de recherche en négligeant le fond de ses contenus.

“Un blog et le tour est joué”

Nombreux sont ceux qui pensent que la simple mise en ligne d’un blog d’entreprise va propulser leur site Internet en haut des résultats des moteurs de recherche. Si l’idée est effectivement excellente, elle n’est pas pour autant suffisante. Dans le cadre de la stratégie SEO, le quiproquo “blogging = content marketing” est très courant. Si le blogging est un footing en forêt, le content marketing correspond quant à lui à la préparation du marathon de Paris avec des entraînements quotidiens, la mesure des performances et l’analyse des autres coureurs/rivaux.

“Mon équipe technique peut s’occuper du SEO”

Il est courant de considérer que le SEO est l’affaire de l’équipe informatique. Le référencement naturel requiert effectivement des compétences techniques, mais il fait également appel à bien d’autres compétences. Si l’équipe informatique saura s’assurer qu’un site est indexable ou encore créer des plans de redirection, elle ne sera pas forcément apte à bâtir une stratégie SEO performante.

Prenons un exemple concret : fut un temps, il était effectivement possible d’être bien référencé sans soigner les titres et les attributs alt des images. Mais ce temps est révolu. Désormais, il est très important de saisir ces informations, au risque d’être invisible ou pire, pénalisé. Google aime aussi que le texte de la page contenant une image fasse mention de cette dernière. Mots clés, titres descriptifs et légendes sont génératrices de bons points… A bon entendeur.

A la lecture de cet article, avez-vous le sentiment d’avancer dans la bonne direction ? Ou bien certains de vos efforts vous semblent-ils contre-productifs ? A vous désormais de bâtir – seul ou accompagné – votre stratégie de recherche organique efficace et pérenne. Enfin, si vous ne devez retenir qu’une chose, gardez en tête qu’une bonne stratégie de SEO repose avant toute chose sur la qualité de l’expérience utilisateur que vous saurez proposer : de votre positionnement sur Google à la qualité de vos contenus, jusqu’à l’ergonomie et le design de votre site web. A ce propos, découvrez notre article sur l’importance du design.