Par , le 13 février 2012

Webanalytics : comment réaliser ses reportings ?

Marketing | 2

Si vous travaillez dans le domaine du webanalytics, aussi bien en agence que chez l’annonceur, alors vous devez être familier avec les reportings webanalytics.

Réaliser un reporting (ou compte-rendu) webanalytics consiste à rassembler des informations utiles sur l’activité d’un site, selon une période définie.

En plus des outils de webanalytics (Google Analytics, Xiti, Omniture, …), le reporting permet de faire ressortir les données indispensables à l’analyse de votre audience et de l’activité sur votre site. Bien réalisé, il représente un véritable outil d’aide à la décision.

Les questions à se poser avant de créer un reporting webanalytics

  • Définir un ou des objectif(s) précis

En fonction du nombre de sites que vous gérez, il vous faudra définir un ou plusieurs objectif(s) pour chacun des sites. Tous les sites n’ont pas le même but. Ne serait-ce qu’en fonction du type de sites (e-commerce ou non), la finalité ne sera pas la même. Pour cela, il faut en amont avoir pris connaissance, auprès des décideurs, des objectifs qu’ils se sont fixés pour le site. Par exemple, certaines entreprises définiront comme objectif pour leur site e-commerce d’atteindre 500 ventes par mois, d’autres d’obtenir au moins 1 000 visiteurs par jour, d’autres encore d’avoir 10 créations de compte client par jour.

  •  Définir la périodicité

En fonction des objectifs à atteindre, vous pourrez ensuite définir la périodicité de vos reportings. Certains privilégieront le reporting hebdomadaire, d’autres le feront de manière mensuelle. Si votre activité est fortement marquée par des saisonnalités, vous pouvez également mettre en place des reporting à la fin de chaque saison.

Le problème avec le reporting hebdomadaire, c’est qu’il ne permet pas de sortir la tête du guidon et de prendre de la hauteur avec les informations obtenues.

Il est certes indispensable de suivre l’activité de son (ses) site(s) au quotidien mais il n’est pas forcément utile de réaliser des reportings toutes les semaines.

  • Définir des KPI

Selon les objectifs que vous avez à atteindre, vous devrez définir différents KPI (Key Performance Indicators). Ces indicateurs doivent être les éléments les plus représentatifs dans l’accomplissement de vos objectifs (ex: CA, nombre de création de compte, nombre de visiteurs par mois, nombre moyen de commandes par jour, …). En suivant régulièrement ces indicateurs, vous saurez ainsi si vous êtes en bonne (ou en mauvaise) voie pour atteindre vos objectifs.

  • Définir les données à suivre

En plus des indicateurs de performance que vous aurez sélectionnés, il vous faudra suivre différentes données (sous forme de graphiques, de tableaux, d’entonnoir, …). Libre à vous de choisir celles qui vous intéressent et qui vous permettent de réaliser l’analyse de l’activité de votre site.

Pour cela, n’hésitez pas à diviser votre reporting en plusieurs sections : Activité, Trafic, Leviers, Produits, Contenu, …

La présentation du reporting

[SlideDeck id=’2884′ width=’100%’ height=’310px’]

Au préalable, vous devrez avoir bien réfléchi au logiciel qui vous permettra au mieux de réaliser votre reporting (Excel, Numbers, Google docs …).

Personnellement, je trouve que Numbers offre des capacités de mise en forme que n’offrent ni Excel ni Google docs. Mais si vous souhaitez partager en ligne votre reporting de manière permanente, Google Docs est l’outil qu’il vous faut.

Comme vous pouvez le voir dans le diaporama ci-dessus, n’hésitez pas à mettre en avant sur la première page vos objectifs et vos KPI en comparaison avec les résultats que vous avez obtenus.

Dans les pages suivantes, en fonction des sections que vous aurez choisi de suivre dans votre reporting, vous pouvez mettre en haut des pages les faits marquants et/ou les actions que vous avez réalisées. En dessous des faits marquants, vous pourrez y mettre des diagrammes, des histogrammes, des courbes d’évolution, des tableaux … tout ce qui vous permettra de faire ressortir vos données de la manière la plus judicieuse et la plus visuellement percutante.

Quelques conseils :

  • Evitez l’effet indigeste : ne faites pas de reporting contenant plus de 10 pages
  • Créez un fil conducteur et faites ressortir d’abord vos résultats, en dessous votre analyse et ensuite mettez en bas de page vos préconisations
  • Facilitez-vous l’analyse : mettez en avant les données clés
  • Approfondissez vos recherches : évitez de ne faire ressortir que des données brutes et privilégier les ratios
  • Peaufinez la pertinence de vos recherches : faites des segmentations au sein des ratios
  • Soyez visuel : utilisez des couleurs significatives et clivantes en fonction des résultats (vert : bonne nouvelle / rouge : mauvaise nouvelle)

P.S. : Tout commentaire est le bienvenu.

Partager l'article :

2 commentaires
  • Je viens de tomber sur l’article, et je suis tout à fait d’accord sur la marche à suivre. Mais c’est toujours bon de le rappeler, alors merci 🙂

    Mis à part ça, lorsque j’ai mis en place le reporting, j’ai suivi plus ou moins cette marche à suivre.

    Le seul point négatif que je vois par exemple lorsque l’on utilise le reporting automatique de Google Analytics, c’est le décalage à J-2 des rapports … du moins sur sa partie automatisée en envoie par email.

    Pour ce qui est de l’outil utilisé ensuite, je suis tout à fait d’accord sur le fait que visuellement Numbers y’a pas photo, mais pour la facilité du partage en ligne, Google Docs c’est le plus pratique.

  • Bonjour,

    Merci pour cet article que j’ai relu plusieurs fois.
    Les exemples de rapports sont intéressants, et je me demandais par quel outil vous étiez passé pour avoir ce résultat ?

    Toute la présentation est faite à la main ?

    Merci 🙂


Vous souhaitez réagir ?

En soumettant ce commentaire vous donnez à Silicon Salad le droit de citer vos propos ainsi que votre nom/site. Tous commentaires dégradants ou hors-sujet peuvent-être supprimés par décision de l’auteur. Votre e-mail, ne sert qu’à des fins d’authentification, il ne peut-être ni partagé ni diffusé.
Vous pouvez commenter avec la syntaxe Markdown. En savoir plus

Article précédent
iMacro, Spi(p|n) et compagnie...